Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Licence pro IOVIS

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

A voir

Année 2017/2018 :

Calendrier universitaireNouvelle fenêtre

Arrêté relatif aux inscriptionsNouvelle fenêtre

Modalités de contrôle des connaissances :

MCC LicenceNouvelle fenêtre

MCC MasterNouvelle fenêtre

MCC MEEFNouvelle fenêtre

 

Scolarités :

Licence et Master

DoctoratNouvelle fenêtre

MédecineNouvelle fenêtre

La licence professionnelle, un passeport pour l’emploi à bac+3

Le truc de Vincent, c’est l’étude des capteurs et des instruments d’optique. Déjà titulaire d’un BTS dans le domaine, il marque une préférence pour les études courtes et a opté pour une licence professionnelle en apprentissage à l’UPMC. IOVIS, pour instrumentation optique et visualisation. Vincent est l’exception qui confirme la règle car il a réalisé son alternance dans un laboratoire de recherche public quand 95% de ses camarades sont accueillis en entreprise. Au terme de son année de formation, il dispose d’une expérience complète, solide et adaptée aux besoins du secteur d’activité qui l’intéresse.

L’avantage d’une licence professionnelle, c’est que l’on fréquente à la fois les bancs de l’université et un laboratoire ou une entreprise. Fort de son BTS, Vincent Verhaeghe avait déjà eu une expérience chez Thalès optronique. Il s’est cette fois tourné vers le secteur public pour son alternance et a répondu à une annonce du laboratoire d’étude du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères* de l’UPMC. « J’ai découvert une autre façon de travailler. Un laboratoire public offre plus de liberté dans l’organisation du travail et m’a permis d’explorer de nombreux aspects de mon domaine ».

Un assistant ingénieur à part entière…

Cette liberté, Vincent l’a retrouvée dans le cadre de son projet tutoré. « Les enseignants de la licence et le maitre d’apprentissage s’entendent sur un sujet que l’étudiant doit réaliser seul », explique-t-il. « Dans mon cas, il s’agissait d’améliorer l’instrument de mesure dont j’assurais la maintenance en lui permettant de faire des mesures de manière autonome ». L’instrument en question est un spectromètre à très haute résolution impliqué dans un réseau international de mesure des gaz à effet de serre influant sur le climat (réseau TCCON) ainsi que la mesure de divers autres polluants atmosphériques.

…et autonome

« Nous avons demandé à Vincent de mettre au point un programme permettant à notre instrument d’automatiser ses mesures en fonction des conditions météorologiques », ajoute Pascal Jeseck, ingénieur au LERMA et encadrant de l’étudiant. Associant développement informatique et visualisation, le projet était au cœur de la formation du jeune homme. « Par ailleurs, l’interféromètre nécessite des calibrations et des analyses de données régulières pour garantir au réseau TCCON la fiabilité de nos relevés. En réalisant ces analyses, Vincent a tenu un rôle d’assistant ingénieur à part entière ».

Un rôle d’autant plus important qu’il a permis aux ingénieurs et chercheurs du LERMA de s’impliquer davantage dans les autres projets de recherche en cours. « Le temps de prendre ses marques et Vincent s’est montré totalement autonome. Il répondait parfaitement à nos attentes », se réjouit Pascal Jeseck.

Un poste peu de temps après la licence

« C’est toujours impressionnant de suivre la transformation des étudiants entre leur rentrée en licence professionnelle et leur soutenance d’apprentissage en fin d’année », explique Julien Laurat, professeur de physique et responsable du cursus. Coachés tout au long de l’année à la recherche d’emploi tant par leur maitre d’apprentissage que par leurs enseignants et le CFA UPMC, et bénéficiant du retour d’expérience de leurs collègues, les étudiants gagnent en assurance et se professionnalisent.

« Nos diplômés trouvent un emploi d’assistant ingénieur dans les quelques mois qui suivent leur sortie. Tant au sein de TPE, que de PME ou de grands groupes internationaux. Preuve que notre formation répond en tous points aux attentes du marché du travail », se félicite l’enseignant-chercheur.

En 2014, la licence pro IOVIS a été sélectionnée figurait parmi les Pépites de l’Université du Nouvel Observateur Etudiants.

 

*LERMA, UPMC/Observatoire de Paris/ENS/université de Cergy-Pontoise/CNRS

En savoir plus :

 

La licence professionnelle IOVISNouvelle fenêtre

Tout savoir sur l'organisation des études à l'UPMCNouvelle fenêtre

 

Crédits photo : Pierre Kitmacher - UPMC direction de la communication

 



23/09/15