Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Crise alimentaire : l'UPMC forme des experts qualité/sécurité

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

A voir

Année 2017/2018 :

Calendrier universitaireNouvelle fenêtre

Arrêté relatif aux inscriptionsNouvelle fenêtre

Modalités de contrôle des connaissances :

MCC LicenceNouvelle fenêtre

MCC MasterNouvelle fenêtre

MCC MEEFNouvelle fenêtre

 

Scolarités :

Licence et Master

DoctoratNouvelle fenêtre

MédecineNouvelle fenêtre

Crise alimentaire : l'UPMC forme des experts qualité/sécurité à Roscoff

La licence professionnelle industrie agro-alimentaire, alimentation option sécurité alimentaire (LPSA) forme chaque année des étudiants aptes à anticiper les problèmes pouvant conduire à des crises alimentaires et assurer ainsi la sécurité du consommateur. Interview de Bertrand Cosson, enseignant-chercheur en biologie cellulaire et responsable pédagogique de la licence à la station biologique de Roscoff (CNRS/UPMC).

Un scandale alimentaire lié à de la viande chevaline vient d’éclater, comment préparez-vous vos étudiants pour éviter ce genre de risques ?

 

Nos étudiants sont formés pour prendre en charge le risque sanitaire dans les entreprises. Ils suivent des modules de gestion de crise et apprennent à se servir des outils de traçabilité adaptés aux risques rencontrés dans chaque filière de l’agro-alimentaire. En développant leurs connaissances sur le principe de la technique, l’outil, l’interprétation des résultats mais aussi sur les conséquences pour la filière, nos étudiants sont capables de répondre aux problématiques des entreprises. Grâce à cette théorie et à la pratique en entreprise par l’alternance, l’UPMC forme de véritables référents avec des solides connaissances scientifiques et de l’entreprise.

Placés directement sous la responsabilité du directeur de l’entreprise et externes à la chaîne de production, les responsables en qualité/sécurité alimentaire disposent d’une plus grande indépendance dans la prise de décisions, sur la libération ou le retrait d’un lot par exemple.

Lorsqu’une crise éclate, il s’agit le plus souvent d’un problème sans précédent : les entreprises doivent être réactives pour garantir la sécurité du consommateur et éviter tout risque de nuisance qui ternirait gravement leur image de marque. Les responsables en qualité/sécurité alimentaire que nous formons sont capables de réagir rapidement lorsque survient ce type de crise inédite. Dans le cas présent, il s’agit par exemple notamment de mettre en place les tests ADN sur les produits à base de viande de boeuf.

L’affaire de la vache folle avait jeté le discrédit sur l’industrie des viandes, les entreprises se doivent aujourd’hui d’être armées pour répondre rapidement à ce genre de situation.

Notre formation doit s’adapter rapidement à l’actualité, les étudiants bénéficieront en avril prochain de travaux pratiques appliqués sur la détection de la viande chevaline.

Comment se déroule cette licence professionnelle ?

 

Nous recrutons des étudiants sur toute la France, titulaires d’un bac+2, en génie biologique, diététique, analyses agricoles et biologiques, sciences des aliments ou biotechnologie. Ces étudiants doivent être capables d’être rapidement opérationnels dans une entreprise. Un contrat d’apprentissage, souvent trouvé par le CFA, est établi avec l’entreprise. L’année est rythmée par 4 semaines en entreprise et 3 semaines en cours. Une véritable mission est confiée à l’étudiant comme par exemple la préparation à une certification, qui est souvent vitale à une entreprise pour conserver ou conquérir des marchés. Le responsable de l’apprentissage vient passer une journée au CFA pour connaître les modalités d’accompagnement de l’étudiant et les objectifs fixés pour l’année scolaire. L’entreprise dispose alors d’un cadre fiable pour mener à bien une mission avec l’étudiant qui applique ainsi concrètement ce qu’il aura appris pendant la formation.

Grâce à l’alternance, les étudiants sont capables d’aller chercher l’information à la source, d’effectuer les meilleurs tests et de sécuriser les processus de fabrication pour mettre en place le meilleur système et assurer la sécurité du consommateur.

Forts de leurs doubles compétences en sciences et en connaissance de l’entreprise, nos étudiants sont forces de proposition et de prévention afin de limiter les conséquences d’une crise sur l’entreprise.

Sur quels types de métiers peut déboucher la licence ?

 

Avec notre CFA partenaire, l’ISFFEL, doté d’une connaissance approfondie du tissu industriel breton, nous accompagnons les étudiants dans la recherche d’entreprise. Ce partenariat facilite grandement la signature des contrats d’apprentissage.

À la fin de leur formation, environ 50% de nos étudiants restent en poste dans l’entreprise d’accueil. Les responsables qualité/sécurité alimentaire que nous formons peuvent s’orienter vers l’industrie, la grande distribution ou les sociétés d’audit. Ils peuvent également devenir responsable qualité en hypermarché ou travailler dans la restauration collective, surtout s’ils disposent par exemple d’une double compétence en nutrition et qualité. Les diplômés peuvent aussi accéder à la direction départementale de la protection des populations (DDPP) sur concours. Une poignée d’étudiants choisit de poursuivre leurs études, ils peuvent ainsi intégrer un master ou une école d’ingénieurs. Dans tous les cas, cette année de licence professionnelle transforme véritablement l’étudiant en expert opérationnel et compétent en sécurité alimentaire.

 

© M.Guichoux - Station biologique de Roscoff

 

Le site de la station biologique de RoscoffNouvelle fenêtre



18/02/13