Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Rencontre autour du sida

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Recevez nos informations

La direction de la culture de l'UPMC organise tout au long de l'année des évènements culturels sur les sites de Jussieu et des Cordeliers.

Pour recevoir régulièrement des informations sur ces événements, envoyez-nous un courriel avec vos prénom, nom et adresse mail à info.culture@upmc.fr.

 

Nous vous ...

» En savoir +

Contact

Direction de la culture
UPMC - BC 603
4, place Jussieu 75252 Paris cedex 05
Tél. : 01 44 27 21 00
info.culture@upmc.fr

  • Directrice par intérim : Sophie Cluet
  • Chargée de mission Science-Société : Cécile Nécol tél. 01 44 27 29 13
  • Chargée de mission Patrimoine scientifique et médical : Frédérique Andry-Cazin tél. 01 44 27 35 70

Rencontre autour du sida

Sciences à coeur

SCIENCES A CŒUR lancement de la saison 2
Les conférences citoyennes reprennent à l’UPMC
à l’occasion de la Fête de la Science et se poursuivront jusqu’en juin 2010 !

Rencontre autour du SIDA

Pour en savoir plus sur l’épidémie et les effets du virus VIH,
faire le point sur les traitements actuels et futurs,
mais aussi rencontrer une épidémiologiste d’exception,
nous vous invitons à venir écouter
Dominique Costagliola
lors d’une conférence citoyenne jeudi 19 novembre 2009 à 17h45 à l'UPMC – Université Pierre et Marie Curie
Campus de Jussieu, Amphithéâtre Jacques-Monod.

 

Visionnez la vidéo de la conférenceNouvelle fenêtre.

(La vidéo de cette conférence est lisible avec le logiciel Real Player ou tout autre logiciel qui puisse lire ce format. Vous pouvez télécharger Real Player gratuitement et légalement ici :http://france.real.com/realplayer/Nouvelle fenêtre)

 

Résumé de la conférence

Le virus du VIH, responsable du SIDA, a une histoire scientifique courte (moins de 30 ans), une étendue mondiale, sa mortalité est dévastatrice et son étude complexe. Aujourd’hui, les différentes thérapies mises en place depuis les années 1990 permettent – pour les populations ayant accès aux soins – de « vivre avec le SIDA ».

Le travail de recherche de Dominique Costagliola et son équipe de l’unité de recherche « épidémiologie, stratégies thérapeutiques et virologie cliniques dans l’infection à VIH », s’articule autour des questions clés qui se posent depuis l’apparition de ces multithérapies en 1996.

Echecs thérapeutiques, résistances aux antirétroviraux, complications des traitements, renforcement de l’immunité des malades sont les principaux axes de travail des trois équipes du laboratoire.
En effet, sur les 85 % des patients traités à l’hôpital, environ 15 % sont en échec thérapeutique : comprendre ces mécanismes permet d’élaborer de nouvelles stratégies pour soigner. Par ailleurs, la problématique d’un éventuel vaccin anime les discussions au sein de la communauté scientifique et sur la place publique.

Dominique Costagliola nous fera découvrir la diversité au quotidien de la recherche clinique : études épidémiologiques, collaborations avec les cliniciens, protocoles d’essais à mettre en place avec les associations de patients… Sur le site de la Pitié-Salpêtrière, tout un réseau de compétences est présent : cliniciens, immunologistes, virologistes, méthodologistes se réunissent pour lancer des programmes de recherche, ceci au sein du même établissement universitaire de l’UPMC.

Nous vous invitons à venir rencontrer une chercheuse d’exception, qui met toute son énergie depuis plus de 20 ans à lutter contre le SIDA, ce qui fait d’elle une des spécialistes mondiales du sujet.
 

Dominique Costagliola ©UPMC - Bénédicte BouetDominique Costagliola

Directrice de recherche au sein de l’unité mixte UPMC-INSERM 720 « Epidémiologie, stratégies thérapeutiques et virologie cliniques dans l’infection à VIH ».
Domaine de compétences : des biostatistiques à l’épidémiologie, plus spécifiquement les essais thérapeutiques, la pharmaco-épidémiologie et la modélisation dans le domaine de l’infection à VIH, de l’hémophilie, de la transfusion et du médicament.
À côté de son activité de recherche, Dominique Costagliola a une forte implication dans l’expertise et l’aide à la décision dans le domaine de la Santé.
Lauréate du prix L.-D. Beauperthuy 2006, récompensant ses travaux de recherche en biologie et sciences médicales.

Prix Louis Daniel Beauperthuy 2006, décerné par l’Académie des Sciences.
Chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur (2005).
Chevalier de l’ordre national du Mérite (1995).

3 questions à Dominique Costagliola

A quoi / A qui devez-vous votre vocation scientifique ?
« C’est à un souvenir d'enfance que je dois de travailler sur les maladies infectieuses. En effet un enfant, qui habitait la maison voisine, souffrait de graves séquelles suite à une vaccination contre la variole.
Lorsque j’ai postulé à l'INSERM, mon projet de recherches était : « l'impact de santé ressenti sur la prise en charge du diabète » mais dans ce dossier, j’avais déjà formulé mon souhait de travailler sur les maladies infectieuses ; ce que j'ai fait 5 ans après mon recrutement en travaillant sur le SIDA. »
 

Quel est le meilleur souvenir de votre carrière scientifique ? De quoi êtes-vous particulièrement fier(e) dans votre carrière ?
J'ai pu estimer, avec le Pr Christine Rouzioux, le moment de la transmission mère-enfant : environ 2/3 des cas de contamination jusqu'à la naissance le sont pendant l'accouchement. Ce résultat a servi de base, avec d'autres, à la planification des essais de prévention de la transmission mère-enfant dans les pays en développement ; cela signifiait que même une intervention tardive au dernier mois de grossesse, pouvait être efficace. Le meilleur souvenir de ma carrière scientifique fut donc le jour où les résultats du premier essai de ce type, en Thaïlande, ont été rendus publics, montrant ainsi l'efficacité de la prise d'AZT (antirétroviral) au cours du dernier mois de grossesse pour prévenir la transmission !
 

En ce moment, qu’est-ce-qui vous tient « à coeur » dans vos recherches ? Quel est votre rêve de scientifique ?
Montrer l'intérêt d’une mise sous traitement dès le diagnostic de l’infection au VIH, dans le cadre d’un dépistage plus généralisé −au niveau individuel, en termes de morbidité/mortalité évitées et au niveau collectif, en termes de transmission.

Vous trouverez un dossier documentaire sur le sujet sur Jubil, le portail documentaire de l'UPMC iciNouvelle fenêtre.

 

Revenir au programme de Sciences à coeur



27/05/13